Samir Odeh-Tamimi

(1970 - )

Photo of Samir Odeh-Tamimi

Samir Odeh-Tamimi, né de parents palestiniens, grandit dans un village non loin de Tel Aviv. Enfant, il découvre les sonorités du tambour, apprend la flûte à bec au contact d’une institutrice israélienne puis joue de l’orgue électronique en autodidacte. De 1984 à 1989, il fait partie de différents groupes de musique populaire et traditionnelle arabe avec lesquels il sillonne le pays. À la même époque, fasciné par la musique savante européenne qu’il entend à la radio, il décide de devenir compositeur.

De 1992 à 1996, après un séjour de deux années en Grèce, il étudie la musicologie à l’Université de Kiel (Allemagne). Puis il rencontre la compositrice coréenne Younghi Pagh-Paan qui lui enseigne la composition à la Hochschule für Künste de Brême et qui l’incite à faire fructifier son héritage culturel à l'intérieur de sa musique. Il côtoie également le compositeur Klaus Huber et suit les cours d'analyse de Günter Steinke.

En 2003, il obtient le premier prix du concours de composition de la Fondation Elisabeth Schneider. En 2007, il est en résidence à la Casa Baldi, à Rome. L’année suivante, il est invité à Istanbul pour participer au projet « Into » de l’Ensemble Modern et du Siemens Arts Program et compose dans ce cadre l’œuvre Cihangir. En 2010, ses œuvres Leila und Madschnun et Hinter der Mauer sont créées en Allemagne (cette dernière à l’occasion du 20e anniversaire de la réunification allemande). En 2011 paraît le CD monographique consacré à sa musique par Wergo, dans la série Zeitgenössische Musik soutenue par le Deutscher Musikrat. En 2014, sa pièce Mansúr est créée au Festival de Salzbourg par le chœur et les musiciens de l’Orchestre symphonique de la radiodiffusion bavaroise.

Dans les œuvres de Samir Odeh-Tamimi, les instruments traditionnels et notamment les percussions se mêlent fréquemment aux instruments de l’orchestre. Il fait très peu usage de l’électronique. Les titres ou les textes qu’il met en musique font souvent référence à des événements historiques ou politiques, comme les conflits au Proche-Orient ou la Shoah.

Il vit et travaille à Berlin.

Samir Odeh-Tamimi, born to Palestinian parents, grew up in a village not far from Tel Aviv. As a child, he discovered the sounds of the drum, learned the recorder from an Israeli teacher and then played the electronic organ on his own. From 1984 to 1989, he was part of various popular and traditional Arab music groups with which he travelled the country. At the same time, fascinated by the European scholarly music he heard on the radio, he decided to become a composer.

From 1992 to 1996, after a two-year stay in Greece, he studied musicology at the University of Kiel (Germany). Then he met the Korean composer Younghi Pagh-Paan who taught him composition at the Hochschule für Künste in Bremen and also encouraged him to build on the cultural heritage within his music. He also worked alongside the composer Klaus Huber and followed Günter Steinke's analysis courses.

In 2003, he won first prize in the composition competition of the Elisabeth Schneider Foundation. In 2007, he was in residence at Casa Baldi, in Rome. The following year, he was invited to Istanbul to participate in the "Into" project of the Modern Ensemble and the Siemens Arts Program, and in this context composed the work Cihangir. In 2010, his works Leila und Madschnun and Hinter der Mauer were premiered in Germany (the latter on the occasion of the 20th anniversary of German reunification). In 2011, the monographic CD dedicated to his music by Wergo appeared in the Zeitgenössische Musik series supported by the Deutscher Musikrat. In 2014, his piece Mansúr was premiered at the Salzburg Festival by the choir and musicians of the Bavarian Broadcasting Symphony Orchestra.

In the works of Samir Odeh-Tamimi, traditional instruments, especially percussion, are often mixed with orchestral instruments. He makes very little use of electronics. The titles or texts he sets to music often refer to historical or political events, such as the conflicts in the Middle East or the Shoah.

He lives and works in Berlin.