Lámed II (2017)
Compositeur: Samir Odeh-Tamimi
pour saxophone baryton solo

Le titre Lámed comporte plusieurs niveaux : Lámed ל signifie « L » (arabe pour Lám) en hébreu et, en même temps, réfère à l’arabe « La » et à l’hébreu « Lo », qui signifient « aucun ».

Originalement, j’ai composé cette œuvre pour une voix baryton et un trio de pianistes avec le titre Huwa, inspiré par le poème Garden of Knowledge par le mystique Sufi Mansour al-Hallaj du 9e siècle, qui dû payer pour sa pensée et sa foi, pour sa connaissance de la vérité, de la plus brutale des façons.

Mansour al-Hallaj appartient aux plus importants philosophes et poètes de la mystique islamique. Ces textes et ses poèmes ont toujours une influence aujourd’hui. Son poème Garden of Knowledge, qui s’entame par « La hija huwa(elle n’est pas lui) / wala huwa hija (et il n’est pas elle) » m’a intrigué de différentes façons. « huwa » signifie « il » en arabe, « hija » veut dire « elle » – c’est ce que la création insinue. Ce qui est fascinant à propos de ce poème est que son auteur comprend que la création n’est ni mâle ni femelle, mais est plutôt une sorte de savoir que chaque personne fabrique individuellement. Donc, la création ne peut être déterminée par la loi, mais bien révélée par les expériences spirituelles de chaque individu – un signe de diversité et d’ouverture vers les accès du monde.

Quelques années plus tard, j’ai composé une version pour trombone et trio de pianos, remplaçant la voix baryton par un trombone. Une version solo pour saxophone baryton fut également créée, dans laquelle j’ai recomposé la voix baryton vers une partition pour saxophone baryton en y apportant quelques ajustements.

-       S. Odeh-Tamimi