Série Électro - 6e édition

De souffles et de machines II

31 mars 2016 - 19:301 avril 2016 - 19:30

Music Multimedia Room, École de musique Schulich

527 rue Sherbrooke Ouest Montreal

De retour d’une grande tournée américaine, qui a mené l’ensemble de Terre-Neuve à San Francisco, en passant par Saint-Pierre-et-Miquelon, Quasar quatuor de saxophones poursuit son exploration du monde sonore à l’ère numérique etprésente, les 31 mars et 1er avril prochainau CIRMMT, De souffles et de machines II, quatre créations pour dispositifs électroacoustiques interactifs.  Ce concert fait partie de la Série électro de Quasar, qui en est à sa 6e édition. Depuis ses débuts en 2003, la Série électro contribueà positionner Montréal comme un pôle de référence en musique d’avant-garde. Quand Quasar s’allie à la machine, c’est toujours un événement attendu et étonnant.

Visions singulières et plurielles

Les afficionados de Quasar et de la musique électronique – et pourquoi pas les curieux, amateurs d’expériences musicales fortes – assisteront à 4 créations de 4 compositeurs aux  styles, parcours et influences extrêmement variés.  Le concert débutera en puissance avec Morphine sanctifiée du compositeur Sylvain Pohu, un spécialiste du son, qui nous vient du rock et du jazz expérimental. La démarche artistique du compositeur se distingue par la recherche d’un langage musical qui hybride les pratiques, les approches, les supports et les influences. Le virtuose de l’écriture musicale Philippe Leroux nous offrira De l’imitation, une œuvre fondée sur l’interaction résultant des phénomènes d’imitation entre instrumentistes et dispositif électronique. Philippe Leroux est l'auteur de près de quatre-vingts œuvres, pour orchestre
symphonique, vocales, avec dispositifs électroniques, musique de chambre et acousmatiques. James O’Callaghan, jeune compositeur né à Vancouver (1988) et vivant à Montréal, présentera In specific cities. Sa musique appartient aux mondes acoustique et électroacoustique ; le compositeur tire souvent son matériel sonore d’objets trouvés amplifiés ainsi que des sons de l'environnement naturel et urbain.   

Le concert prendra fin avec un déferlement d’énergie et une immersion sonore totale du public dans Vortex, une création du compositeur passionné des ordinateurs Benjamin Thigpen. La technologie est au cœur de la pensée du compositeur qui se définit comme un nomade né aux Etats-Unis et naturalisé en France. Pour lui, la musique n’est pas un langage mais une expérience vécue viscéralement ; elle n’est pas l'art du son, mais l'art de la transcendance du son.